INTERVIEW Alexander Kraft, président de Sotheby’s International Realty France

INTERVIEW Alexander Kraft, président de Sotheby’s International Realty France

28 février 2011 in Actualites, Sotheby’s

Pas complètement ! Le premier trimestre a été difficile, marqué par un quasi-arrêt de l’activité. Du jamais-vu. Depuis, le marché s’est repris. L’arrivée d’Obama a redonné confiance, et la baisse des prix de 15 à 20 % incite les clients à revenir. Les ventes se font. En mai-juin, nous avons fait presque autant de ventes qu’à la même époque un an plus tôt. Nous avons vendu quatre propriétés de plus de 10 millions d’euros à Paris ces quatre dernières semaines. Nous poursuivons le maillage du territoire national avec l’ouverture de bureaux à Arcachon, Aix-les-Bains et en Corse, ce qui porte à 39 le nombre de nos agences. Quels types de biens se vendent aujourd’hui ?

La demande a évolué. La reprise porte davantage sur les biens compris entre 2,5 et 10 millions d’euros qu’au-delà. Cela tient au retour de la clientèle traditionnelle, française principalement, mais aussi américaine et britannique. Nous voyons moins de Russes ou de Chinois, sauf s’ils sont déjà bien établis en Europe. C’est plutôt la deuxième génération de grandes fortunes. La demande se tourne vers des propriétés historiques, familiales, ou sur des investissements intemporels. L’heure est à la discrétion : les signes extérieurs (marbre, aéroport privé…)

destinés à impressionner les invités comptent moins. Mais les prix doivent avoir été réajustés. Or, si nos clients internationaux ont tenu compte du retournement du marché, nombreux sont encore les propriétaires, dans des régions comme la Bourgogne, qui n’ont pas suffisamment revu à la baisse leurs prétentions. Sur ces marchés, les transactions sont en berne.

Peut-on encore parler de rareté ?

Les acheteurs ont… davantage de choix.

Publié le 16/07/2009 – Modifié le 17/07/2009 N°1922 Le Point

,

Laissez un commentaire

Merci de compléter